Lancement de la seconde phase de l’étude sur l’évolution des espaces naturels, agricoles et forestiers du littoral

Mardi, 27 octobre, 2020

Le GIP Littoral a retenu le groupement porté par la société OXAO, appuyée par le bureau d’études SIRS et la consultante Ambre Diazabakana, pour l’accompagner dans la seconde phase de l’étude ENAF, afin de mieux comprendre et anticiper les phénomènes d’évolution des espaces naturels, agricoles et forestiers (NAF) sur le littoral régional.

 

Une mission en continuité des travaux déjà engagés depuis 2018

D’une durée prévue de 10 mois, la mission du groupement mené par OXAO s’inscrit dans la continuité des travaux déjà menés au cours de la première phase de l’étude sur l’évolution des espaces naturels, agricoles et forestiers du littoral régional (ENAF).

La première phase de l’étude ENAF a permis de produire et de diffuser la donnée d’occupation du sol pour le millésime 1985 (dite « occupation du sol  historique ») sur le territoire des SCOT littoraux et de réaliser des premières analyses aux échelles administratives (région / département / EPCI / SCOT).

Cette seconde phase de l’étude vise plus particulièrement à « redonner de la valeur aux espaces NAF », à apporter des illustrations et des arguments sur l’importance des écosystèmes et de la biodiversité dans la vie des territoires, les fonctions qu’ils remplissent, les services qu’ils peuvent rendre pour alimenter une réflexion collective, et à converger vers une prise de conscience partagée en vue de les préserver.

Elle doit permettre de nourrir les réflexions du partenariat littoral concernant la prise en compte des espaces NAF, en particulier dans l’élaboration des documents d’urbanisme et des projets de territoire, afin de favoriser la préservation de la biodiversité, des équilibres écologiques et des services écosystémiques sur les territoires littoraux.

 

Une compréhension des évolutions des espaces NAF qui s’appuie sur la donnée d’occupation du sol comme porte d’entrée et sur des échanges resserrés avec le partenariat littoral

La méthode retenue pour réaliser ce travail associe analyse de données cartographiques, recherches bibliographiques, entretiens d’acteurs, réunions de groupes de travail… Elle accorde une place majeure à la participation active des partenaires institutionnels (élus et techniciens) et techniques du littoral régional, pour nourrir les échanges et les réflexions et favoriser l’appropriation locale des enjeux relatifs aux espaces NAF dans les projets de territoire en vue de faciliter la gestion économe de l’espace et la résilience des territoires littoraux.

Les analyses vont être menées à deux échelles complémentaires :

  • Une approche macro (niveau régional et départemental) de l’ensemble des indicateurs et l’analyse des évolutions, si besoin en contextualisant les analyses par secteurs plus restreints ;
  • Une approche plus locale, menée sur des territoires volontaires (dits « territoires-test ») en s’appuyant sur la connaissance fine et concrète des acteurs de ces territoires qui permettra, d’une part d’alimenter les réflexions régionales et départementales à partir de situations précises et d’autre part d’approfondir certaines thématiques spécifiques à une échelle resserrée.

 

Une mission de 10 mois articulée en quatre volets étroitement imbriqués

Volet 1 : poursuite de l’état des lieux réalisé dans la première phase de l’étude à des échelles plus fines de traitement et d’analyse

Ce premier volet consiste à poursuivre le traitement des données d’occupation du sol et d’évolution des espaces NAF à d’autres échelles d’analyse, pour s’affranchir des différences « administratives » déjà étudiées lors de la phase 1.

L’objectif est d’identifier les indicateurs les plus pertinents et les croisements d’informations à réaliser pour « faire parler la donnée », expliquer les évolutions passées et se projeter sur les évolutions futures.

Les niveaux d’analyses et de restitution de la donnée s’appuieront notamment sur des indicateurs physiques (distance au littoral), écologiques et paysagers (entités éco-paysagères), réglementaires (loi littoral, zonages environnementaux), sociologiques, etc.

 

Volet 2 : analyse problématisée de la donnée d’occupation du sol et compréhension des phénomènes liés aux espaces naturels, agricoles et forestiers

Cette étape cruciale permettra de valoriser réellement la production cartographique et de mieux comprendre les phénomènes à l’œuvre. La question n’est pas seulement de savoir combien d’espaces ont évolué, mais aussi comment ces espaces ont évolué (où ? vers quel type de milieu ? dans quel contexte ? etc.).

Le croisement des indicateurs avec l’évolution des espaces NAF apportera une grille de lecture sur les causes de ces évolutions.

L’objectif est :

  • Connaitre les tendances « générales » (tendances lourdes et signaux faibles), à l’échelle nationale et de l’ensemble du littoral néo-aquitain ainsi que les causes locales (urbanisme, historique…) de l’évolution des ENAF sur les territoires pilotes
  • Comprendre les causes pour anticiper les impacts négatifs potentiels au vu des états et tendances démographiques, sociales, climatiques, politiques, économiques et environnementales.
  • Identifier les leviers positifs vecteurs d’une amélioration des fonctions et services écosystémiques et des ENAF en général

 

Volet 3 : identification des situations de vigilance et mise en récit des évolutions futures aux échelles régionales et départementales et sur des territoires test

L’objectif est de donner à voir les conséquences des changements d’occupation du sol et de la perte ou du gain des espaces NAF sur le fonctionnement des territoires et leurs composantes, pour redonner de la valeur aux espaces NAF.  

Dans un premier temps, il s’agira d’identifier les fragilités et les situations (milieux et contexte) qui doivent appeler la vigilance des territoires, pour leur permettre d’anticiper des situations de crise future liée à la raréfaction des espaces NAF, identifier leurs répercussions sur le futur des territoires ainsi que les perspectives d’actions à mettre en œuvre ou renforcer. 

Dans un second temps, il s’agira d’approfondir les conséquences des évolutions sur quelques thématiques prioritaires préalablement identifiées par le comité technique. Cette seconde analyse sera réalisée d’une part à l’échelle macro et d’autre part à l’échelle des territoires-tests.

 

Volet 4 : valorisation, diffusion de la donnée d’occupation du sol et de l’intérêt de préserver les espaces NAF sur le littoral

Il s’agit d’accompagner la diffusion et l’appropriation des résultats produits dans le cadre de l’étude ENAF afin de nourrir les réflexions et faciliter la prise en compte de l’enjeu de préservation des espaces NAF dans les politiques locales et documents de planification sur le littoral régional.

 

Il est encore possible d’intégrer la démarche en tant que territoire-test et d’accompagner le travail du prestataire dans la compréhension des évolutions des espaces NAF. Les territoires littoraux volontaires sont invités à manifester leur intérêt en explicitant les raisons qui motivent leur candidature avant le 30 novembre 2020 par mail à l’adresse suivante contact@giplittoral.fr.  

 

 

Cette étude bénéficie du soutien financier de la Région Nouvelle-Aquitaine, de l’Etat et de l’Europe (FEDER).