Plages océanes de Vielle-Saint-Girons

Vendredi, 15 janvier, 2021

Le 12 janvier dernier, les partenaires membres du comité de pilotage de suivi de l’étude préalables sur les plages océanes de Vielle Saint-Girons se sont réunis pour la présentation de la Phase 1 de l’étude.  Une 1ère phase importante puisqu’elle propose au-delà d’un état de lieux des deux sites, d’identifier les enjeux prioritaires sur les 2 secteurs de projet : la Lette Blanche et Saint Girons Plage. Elle permet aussi d’installer la discussion entre les partenaires pour esquisser les orientations d’aménagements et de se projeter sur les réalisations à venir.

L’étude a démarré à la fin du printemps 2020, ce qui a permis au bureau d’étude (D’une Ville à l’Autre, Citec, Casagec, Marsilea) d’appréhender le site en fonctionnement estival et de mener un travail d’observation et de recueil de données (Observation des usages et dysfonctionnements les deux premières semaine d’août, fin juin et mi-septembre ; campagnes de terrain type inventaire flash sur les enjeux écologiques le 15 et 16/08/2020 (faune) et le 4 et 5/09/2020 (flore et habitats) ; enquête stationnement sur Saint Girons Plage le 22/07, comptages automatique véhicules et vélos les mercredis et samedis du 22/07 au 15/08/2020 ; pointages réalisés lors des visites terrain entre le 22/07 et le 15/08/2020 sur la Lette Blanche et Saint Girons Plage).

Un premier « atelier inter-acteurs » associant différents acteurs locaux a également pu se tenir en 2020 et a permis de recueillir les avis des élus, commerçants, habitants, représentants club de surf, exploitants de camping, ONF… Un retour complet à la population est prévu dans le cadre de la mission et sera assuré dans le cadre d’une «  journée festive » au Printemps 2021 si les conditions sanitaires le permettent.

La première phase d’étude a mis en avant l’opportunité de mener la réflexion de manière conjointe sur les 2 secteurs de plages dans une logique de complémentarité des deux sites.

La Lette Blanche : un écrin de nature à préserver et valoriser

L’enjeu majeur et qui fait consensus est celui de respecter l’esprit « sauvage » des lieux. Cela passe notamment par le fait de :

  • Conserver l’esprit simple et frugal des aménagements (traitement des sols en évitant leur imperméabilisation, du mobilier, du poste de secours...) ;
  • Mieux intégrer certains éléments parasites tels que les conteneurs, en cohérence avec les enjeux environnementaux et paysagers du site (dans le cadre notamment d’une démarche de site sans poubelle) ;
  • Changer de vision : en passant d’une logique d’une plage nature à un espace naturel sur lequel est organisée la surveillance de baignade  

Toutes les propositions en matière d’accueil, de services, d’aménagement sont alors pensées dans l’optique de redonner sa dimension de pleine nature au site. C’est en ce sens que le bureau d’étude a proposé plusieurs orientations comme la mise en retrait du parking, le renforcement de la gestion environnementale sur le site (accentuation de la politique sans poubelle sur le secteur, réflexion autour du maintien des douches…). Dans tous les cas, la prise en compte du risque érosion sera aussi un sujet majeur à traiter, et conformément à l’avis de l’Observatoire de la Côte Aquitaine, c’est la démolition et le repositionnement d’un poste de secours mobile qui sont proposés.

Saint-Girons Plage : Jouer sur l’identité du « village de cowboys » en lisière de la forêt landaise

Pour ce secteur, il est proposé de s’appuyer sur des séquences caractéristiques pour mettre en scène l’entrée de site. Cela passe notamment par le fait de :

  • Renaturer l’entrée de site marquée par une rupture paysagère sur la première séquence ;
  • Mener une réflexion sur la rue commerçante sur la deuxième séquence ;
  • Préserver le caractère pittoresque de la station, à préserver de l’urbanisation au sein du site inscrit « Etang landais Sud ».

Les propositions faites sur ce secteur contribuent à repenser le fonctionnement global du site, son accessibilité et les espaces de stationnement. Les comptages réalisés ont mis en évidence une offre surévaluée par rapport à la fréquentation automobile, à mettre en relation avec l’offre de navettes estivales efficace mise en place depuis 2014 au niveau de l’intercommunalité.

Cela permet donc d’envisager une requalification du parking des Barcottes, en supprimant la fonction de stationnement au profit d’autres fonctions… L’objectif doit être de rendre sa place au piéton. Sur ce secteur également, la tête de plage et le poste de secours font l’objet de propositions visant à adapter la surveillance aux niveaux de fréquentation observés avec un repositionnement du poste permettant de séparer les flux publics de ceux de la sécurité. Quelque soit le scenario choisi par la collectivité, les propositions sur ce secteur viseront à recréer une ambiance forestière, désimperméabiliser, introduire des espèce plus riches et intéressante (re-végétalisation) ; mieux gérer les interfaces entre espaces publics et terrasses sur la voie principale, et rendre plus visible la trame architecturale.

Suites à donner :

A l’issue de ce comité de pilotage, la municipalité dispose dorénavant du regard des partenaires pour affiner son choix dans les orientations proposées par le bureau d’étude. En parallèle du travail mené dans le cadre de l’étude plans plages, la commune est également engagée avec les communes de Litet Mixe et Saint-Julien-en-Born dans une réflexion plus globale autour de la gestion environnementale de leurs plages et abords.

Membres du Comité technique :

Etat, Région Nouvelle-Aquitaine, Département des Landes, CdC Côte Landes Nature, Côte Landes Nature Tourisme, ONF, SITCOM, SMGBL, CDT des Landes, GIP Littoral, Commune de Vielle-Saint-Girons