La stratégie nationale

Le Grenelle de la Mer a proposé la définition d'une stratégie nationale et d’une méthodologie de gestion du trait de côte, du recul stratégique et de la défense contre la mer. Cet engagement, après concertation, a permis d’aboutir fin 2011 à la définition d'une stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte 2012–2015, sous-titrée "vers la relocalisation des activités et des biens". Pour faire suite à ce premier programme d’actions, un nouveau programme a été proposé en 2017.

La mise en œuvre de la stratégie nationale repose sur une responsabilité partagée entre l’état et les collectivités territoriales. Sur la base des principes communs et des recommandations stratégiques, le programme d’actions 2017-2019 s’organise autour de 5 axes :

  • Développer et partager la connaissance sur le trait de côte (Axe A) ;
  • Élaborer et mettre en œuvre des stratégies territoriales partagées (Axe B) ;
  • Développer des démarches expérimentales sur les territoires littoraux pour faciliter la recomposition spatiale (Axe C) ;
  • Identifier les modalités d’intervention financière (Axe D) ;
  • Communiquer, sensibiliser et former aux enjeux de la gestion du trait de côte (Axe transversal).

Depuis 2014, un comité national de suivi de la mise en oeuvre de la stratégie nationale a été mis en place. Ce comité a produit en octobre 2015 un rapport intitulé "40 mesures pour l'adaptation des territoires littoraux au changement climatique et à la gestion intégrée du trait de côte". Il est aujourd'hui présidé par le député de Vendée, Stéphane Buchou.

En 2016, les deux anciennes présidentes du comité national de suivi, les députées Pascale Got, députée de Gironde, et Chantal Berthelot, députée de Guyane, ont déposé une proposition de loi "portant adaptation des territoires littoraux au changement climatique", visant à mettre en place de nouveaux outils pour la gestion du risque érosion et la mise en oeuvre de la relocalisation. Ce texte n'ayant pas pu être voté dans les délais prévus, il a dû être abandonné. De nouvelles initiatives sont actuellement en cours de la part de certains députés afin de permettre une évolution législative de la gouvernance et des outils nécessaires à l'adaptation des littoraux aux changement climatique.