Lancement appel d’offre mission de maitrise d’œuvre Plage de l’Horizon – Lège Cap Ferret

Lundi, 7 juin, 2021

La presqu’île du Cap Ferret est soumise aux phénomènes d’érosion sur sa façade océanique et sur la façade interne du Bassin d’Arcachon, entrainant un recul du trait de côte, un abaissement des plages, une érosion des dunes et localement un risque de submersion marine.

Face à l’accroissement de ces risques, la Commune de Lège-Cap Ferret a souhaité se doter d’une stratégie locale de gestion de la bande côtière, dans une perspective de court et de moyen terme, afin de préserver à la fois les personnes, les biens et l’attractivité de son littoral. Dans un contexte de processus littoraux particulièrement complexe, l’aléa recul du trait de côte a été considéré, dans la mesure du possible, en articulation avec l’aléa submersion marine. Devant l’importance des enjeux présents sur la façade interne du Bassin d’Arcachon, les secteurs de Bélisaire et des 44 ha ont été identifiés comme les zones les plus sensibles d’un point de vue socioéconomique. La façade océanique (hors Pointe), de par l’absence d’enjeux bâtis directement en première ligne, présente une sensibilité moindre. A ce titre, la gestion du trait de côte à cet endroit repose sur l’accompagnement des processus naturels et la relocalisation des infrastructures publiques (poste de surveillance et gare du petit train). Ce mode de gestion a guidé l’élaboration de l’étude préalable sur la plage de l’Horizon.

La commune de Lège-Cap-Ferret a ainsi engagé en 2018 une étude préalable sur la stratégie d’accueil de ses plages océanes. Cette réflexion s’est inscrite dans la continuité de l’action communale en matière de préservation et d’aménagement durable des plages. Convaincue que la préservation des sites constitue un axe majeur de son attractivité, la commune a, de longue date, cherché à proposer une offre de plages avec des équipements de qualité et intégrés aux paysages littoraux. Ces investissements réguliers, combinés à un entretien important des sites dans le cadre des programmes d’entretien conclus avec l’ONF et le Conservatoire du littoral, ont permis aux plages de la commune de conserver un accueil de qualité dans un cadre naturel authentique. Le périmètre de l’étude a porté sur la façade océanique de la presqu’île de Lège-Cap-Ferret Dans ce périmètre, ce sont 3 plages surveillées qui ont toutes une empreinte naturelle très forte : les plages du grand Crohot et du Truc Vert sont situées sur du foncier domanial, alors que la Plage de l’Horizon est plus directement connectée à l’urbanisation, mais reste une plage à l’ambiance très naturelle, avec la proximité immédiate du site de la Pointe du Cap Ferret du conservatoire du littoral.

La commune souhaite gérer ses plans plages avec deux priorités :

  • Conserver, voire renforcer le caractère naturel et qualitatif des sites, et ne pas compromettre leur authenticité par des aménagements qui ne seraient utilisés qu’en période de forte fréquentation.
  • Accompagner le développement des mobilités douces et alternatives, sécuriser et pacifier les flux, en proposant un plan pluriannuel de réfection et de renforcement du réseau de pistes cyclables.

Cette réflexion s’articule, notamment sur le secteur du Grand Crohot au nord de la commune, avec l’étude prospective sur l’accueil des plages soumises à la pression métropolitaine en partenariat avec le GIP littoral, et les communes voisines du Porge et de Lacanau. Cette étude est en cours.

Le rapport d’étude préalable sur les plages de Lège-Cap Ferret constitue aujourd’hui une feuille de route opérationnelle permettant à la commune et ses partenaires d’anticiper au mieux les évolutions des attentes des usagers et la gestion de la fréquentation sur ces espaces fragiles. 

Pour le secteur de la façade océanique de la presqu’île du Cap Ferret et en particulier pour la plage de l’Horizon, la stratégie locale retient le mode de gestion d’accompagnement des processus naturels et de repli stratégique des équipements publics : poste de secours et gare du petit train. L’étude préalable du plan plages, sur le secteur de l’Horizon, a proposé des premières pistes de travail, intégrant le repli des deux structures et le réaménagement global de l’accès depuis le rond-point de l’avenue de l’Atlantique. Ici il s’agit de sécuriser les flux, de renforcer le caractère naturel du secteur, d’apporter des réponses en matière d’accueil des publics.

       

La relocalisation des enjeux les plus menacés Le recul du trait de côte constitue un dossier à la fois stratégique et très sensible pour la commune et notamment pour le village du Cap Ferret. A ce titre, la relocalisation des infrastructures publiques à l’Horizon va revêtir de très forts enjeux, au-delà des aspects fonctionnels de déplacement des activités. Alors que sur les secteurs bâtis la collectivité et ses partenaires s’engagent à lutter contre le recul du trait de côte, en l’absence de cadre législatif sur la relocalisation des bâtiments privés et plus globalement sur la recomposition spatiale des territoires littoraux menacés par l’érosion, la plage de l’Horizon va constituer un espace pilote pour expérimenter sur la commune, la relocalisation d’équipements publics.

Cette démarche est un signal donné sur la nécessité d’organiser la résilience du territoire, qui sera perçu de manière différente par les parties-prenantes concernées : habitants, commerçants à l’année et commerçants saisonniers, partenaires institutionnels. La collectivité souhaite conduire cette démarche de manière intégrée, progressive et concertée pour pouvoir en développer ensuite la procédure dans d’autres secteurs potentiels où les bâtis et les personnes seront menacés à terme en engageant notamment une étude prospective d’ensemble pour la relocalisation de ces enjeux sensibles au recul du trait de côte. Pour l’accompagner dans ce projet, la commune vient de publier un appel  d’offre lui permettant d’engager une mission de maitrise d’œuvre.

La consultation est en ligne jusqu’au 21 juin