Aménagement durable à Seignosse

Vendredi, 11 septembre, 2020

L’étude Aménagement Durable de la Station de Seignosse qui s’est finalisée en 2017 a donné suite à des premières réalisations : requalification de la tête de plage du Penon, remplacement du poste de secours par un bâtiment mobile en pin maritime des Landes, poursuite des réflexions pour une opération de renouvellement urbain sur le quartier du Penon… Pour en savoir plus sur la démarche ADS

Aujourd’hui, 2 actions sont particulièrement engagées :

  • Le projet de valorisation d’un site nature aux abords de l’étang blanc
  • La réalisation d’une charte architecturale et paysagère

Un maitre d’œuvre pour le projet de valorisation du site nature de l’Etang Blanc  

Le syndicat Mixte Géolandes en partenariat avec la commune engage une nouvelle étape de la feuille de route ADS. Si les premières actions ont été tournées vers la station océane, c’est aujourd’hui en rétro littoral que les regards se tournent avec le lancement d’une maitrise d’œuvre visant à porter un projet de valorisation.

Le site qui fait l’objet du projet de valorisation se situe au bord de l’étang Blanc, site naturel classé, Natura 2000, à l’arrière d’un camping ; on y accède par une petite route en enrobé entre deux murets « tagués » qui ne laissent rien révéler de sa beauté. Le projet cherche à redonner toute la naturalité du site dans une approche cohérente des 2 étangs (blanc et noir) au regard de leurs capacités d’accueil et de leurs sensibilités respectives. Si les étangs Blanc et Noir offrent tous les deux une qualité environnementale et paysagère exceptionnelle, ils différent notamment par leur accessibilité, les usages qui s’y déploient et leur niveau de protection (l’étang noir étant classé comme Réserve Naturelle Nationale). Le projet a été conduit dans le cadre d’une étude ADS finalisée en 2017, qui a mis en avant un intérêt et une fréquentation croissante au sein de la Réserve Naturelle de l’Etang Noir qui constitue aujourd’hui le seul espace de mise en valeur des étangs et de préservation des milieux ; ce seul espace pourrait être très rapidement en limite de capacité d’accueil.

Le projet cherche à offrir un autre espace naturel facile d’accès (notamment avec le projet de renforcement de la connexion cyclable), où l’on perçoit immédiatement les enjeux en matière de préservation des espaces lacustres et de compréhension des usages qui s’y déploient (pêche, chasse…).

Il est prévu quelques aménagements légers pour canaliser les flux et gérer la fréquentation sur le site : un ponton en bois sur pilotis accessible pour les PMR, un observatoire en bois sur pilotis, quelques bancs et tables de pique-niques en bois et une aire de stationnement rustique non imperméabilisée. Au-delà de ces aménagements, le travail sur une signalétique d’interprétation pour la découverte des milieux est prévu en partenariat avec les acteurs locaux (réserve naturelle, association de pêche et de chasse…).

La consultation vient d’être clôturée, et un maitre d’œuvre sera retenu dans les prochaines semaines. 

Une consultation en cours pour la réalisation de la Charte architecturale et paysagère

Construite ex nihilo dans les années 60, la station de Seignosse répondait aux besoins d’un tourisme de masse naissant : grands parkings, immenses avenues, immeubles proposant des logements à prix modérés… Ses grands espaces et ses nombreux équipements ont été spécifiquement construits pour accueillir les touristes. Cinquante ans plus tard, la station de Seignosse nécessite une profonde rénovation. L’étude ADS, lancée en 2016 a permis de définir les grands axes d’intervention prioritaires pour construire l’avenir et adapter la station aux évolutions sociales, environnementales et urbaines. La commune a engagé la première étape de cette feuille de route en 2018 autour de la transformation du cœur du Penon avec la réalisation de la requalification de la plage du Penon. Aujourd’hui, la réflexion se poursuit autour d’une opération de renouvellement urbain d’ampleur qui cherche à rouvrir et requalifier  les espaces publics, améliorer les connexions entre les différents points d’intérêt, par une recomposition globale du secteur. Pour avancer sur ces 2 secteurs, la commune souhaite s’appuyer sur une Charte architecturale, paysagère et environnementale.

Si le besoin de cette charte a émergé de l’étude ADS, qui a mis en relief la nécessité de se doter d’un document cadre pour la gestion du tissu urbain de la station, elle devient également une nécessité pour la gestion du Bourg, confronté à des projets de promotion urbaine de plus en plus nombreux et denses. Il apparait en effet nécessaire de disposer d’une analyse détaillée des paysages et de l’architecture de la Commune, pour construire un état des lieux partagés avec les habitants et les potentiels porteurs de projets.

L’étude ADS avait en effet relevé le manque de lisibilité entre propriétés privés et espaces publics en cœur de station, les espaces verts des copropriétés se confrontant avec les espaces verts communaux. En matière de paysage, la charte relève donc d’un besoin d’encadrement et d’orientation dans le traitement des espaces non bâtis publics et privés de la station. Par ailleurs, les espaces paysagers sont de manière indifférenciée entre le Bourg et la Station, sans valorisation ou gestion adaptée aux spécificités littorales.

En matière d’architecture, le vieillissement du bâti privé de la station encourage de nombreuses copropriétés à engager des opérations de ravalements de façades et de rénovation, sans cadre commun permettant d’harmoniser les interventions. Par la mise en œuvre d’un document unique, traitant des aspects paysagers et architecturaux, et spatialisé, sur le Bourg et la Station, la Commune souhaite ainsi construire son développement urbain et paysager en valorisant son identité spécifique.

La consultation est disponible sur le site des marchés publics jusqu’au 28 septembre 2020.